Ces hommes et ces femmes sont comme vous et moi, ni mieux ni moins bien. Ils ont juste osé le pardon, et en ont senti les bienfaits. Des témoignages plein de vie !

J’éprouve une certaine empathie pour ce personnage. Incapable de se pardonner de sa trahison, il a choisi la mort, comme ultime libération de son forfait. Oui, le pardon c’est la vie !

Pécher… Mot désuet qui fait peur. Merci aux auteurs de le remettre ici dans sa juste acception : une cassure dans notre relation aux autres et à Dieu.

Oser le pardon, non pas dans un souci de redorer son image, mais dans l’accueil de la souffrance de l’autre, et le désir ardent de se tourner vers demain. La démarche des évêques au sujet des prêtres pédophiles est à ce titre intéressante.